Attention aux bébés castors

04.06.2015

Depuis fin mai, des bébés castors naissent le long des cours d’eau suisses. Les premières semaines, ces boules de poils sont particulièrement vulnérables, car ils ne peuvent pas plonger sans l’aide de castors adultes. Ils ne peuvent pas s’abriter contre les prédateurs et peuvent même être emportés si le courant est trop fort. Pro Natura appelle les promeneurs à garder les chiens en laisse le soir et à l’aube, le long des cours d’eau du Plateau.

 

Réintroduits il y a plus de soixante ans, le castor européen s’est réinstallé le long de nombreux cours d’eau en Suisse. Quelques centaines de familles de castors se reproduisent désormais chaque année. 
Le castor européen est moins prolifique que son cousin canadien. Dans chaque famille de castors suisses, seuls un ou deux bébés naissent une fois par année, exceptionnellement trois. Les premières naissances ont lieu fin mai et se poursuive jusqu’en juillet. Les bébés castors rejoignent leur famille composée toujours du même couple et des jeunes de l’année précédente. Après deux ans, ils devront partir à la recherche de nouveaux territoires.


Véritables bouchons
Alors qu’un castor adulte atteint plus d’un mètre de long avec sa queue plate, pour un poids de moyen de 15 à 20 kilos, les bébés sont des boules de poils pesants à peine cinq cents grammes. Durant les trois premières semaines de leur existence, leur premier pelage gonflé d’air les empêche de plonger. Ce sont les parents qui doivent leur faire passer la sortie toujours immergée du terrier – pratique pour limiter leurs ardeurs.

Plus insouciants que leurs ainés, il n’est pas rare de les observer même avant le coucher du soleil. 
Ces premières semaines sont celles de tous les dangers, car ne pouvant s’enfuir sous l’eau, ils peuvent devenir la proie des renards ou des chiens. C’est aussi à cette période que des barrages sont parfois construits sur des rivières dont la profondeur baisse avec les beaux jours. Les plans d’eau calmes et profonds ainsi créés sont des zones de sécurité indispensables pour les bébés castors.

Beaucoup de jeunes castors ne survivront pas. Avec un si petit taux de reproduction, il est important de protéger ces mammifères indigènes précieux pour la biodiversité. En effet, les aménagements du castor créent des milieux dont profitent de nombreuses espèces de poissons, d’insectes et de plantes.

 


((encadré))
A l'eau castor! de Genève à Schaffhouse

Pro Natura Bâle-Campagne a lancé en l’an 2000 le premier projet «A l'eau Castor!» dans le nord-ouest de la Suisse. Pour offrir des habitats adaptés au castor, des obstacles comme la centrale d’Augst ont été rendus franchissables par le castor tandis que la Birse et d’autres affluents ont été revitalisés à différents endroits. Entre-temps, ce projet lancé il y a dix ans a pu être bouclé après le retour du castor dans la Birse. La réussite de ce modèle régional a conduit Pro Natura à lancer en 2007 un programme national de protection de la nature intitulé «A l'eau Castor!», et depuis lors des projets de réinstallation de ce curieux rongeur sont en cours dans quatre autres régions (Romandie, Mittelland, Suisse centrale et orientale).

 

«A l'eau Castor!» veut compléter le très bon niveau d’acceptation du retour du castor dans nos cours d’eau par des campagnes de conseil, d’information et de relations publiques, mais aussi redonner plus d’espace à nos cours d’eau. Le castor n’est pas le seul à se sentir bien dans les rivières et ruisseaux renaturés, il y a aussi l’ombre, le martin-pêcheur et de nombreuses autres espèces animales et végétales. Les zones alluviales sont en outre des espaces de découverte et de détente attrayants pour l’home. 

 

 

Photos pour les médias:

www.pronatura.ch/photos-bebes-castors

 

Informations supplémentaires:

Nicolas Wüthrich, responsable de l’information, tél. 024 423 35 67, 079 212 52 54, nicolas.wuthrich@pronatura.ch

Revenir